Questions de cours

Cet espace est dédié à toutes les questions relatives au cours : éclaircissements, précisions, prolongements, mises en perspective... N'hésitez pas ! Comme le voulait Michel Foucault, il suffit parfois d'une bonne question pour tout remettre dans l'ordre...

Pour poser une question, cliquez sur "commentaire" et je vous répondrai en commentant... (c'est un peu contre-intuitif comme manoeuvre, mais je travaille à l'améliorer !)

Commentaires (8)

1. Pascal G 30/11/2010

Bonsoir Julien,

Ta question est intéressante. Ce que nous avons montré ce matin à l'aide du texte de François Jacob, c'est que des mutations génétiques totalement aléatoires, couplées à un mécanisme de transmission héréditaire et à un processus de sélection par le milieu pouvait permettre d'expliquer le fait que l'évolution globale des êtres vivants A L'AIR d'être orientée vers une fin, vers une capacité toujours croissante d'adaptation à l'environnement.

Le problème dont part Jacob est qu'il faut expliquer pourquoi l'évolution va dans ce sens là : comment se fait-il, si personne ne "supervise" le processus, que ce soient toujours les mutations qui vont dans ce sens, vers un renforcement et une complexification des capacités adaptatives, qui se maintiennent et se diffusent ?
Comment expliquer que les mutations qui vont dans un autre sens (qui faciliteraient par exemple le chant a capella ou le saut en hauteur) disparaissent, alors que celles qui correspondent à un surcroît de capacité de survie sont "sélectionnées"?

Jacob fait appel à Darwin pour nous montrer que la "sélection naturelle" permet de comprendre ce caractère orienté de l'évolution. Dans un système dans lequel les éléments se transforment(ce que nous appelons aujourd'hui mutations génétiques), dans lequel ces transformations se transmettent par hérédité et dans lequel certaines mutations sont favorisées par l'environnement, IL EST LOGIQUE que l'évolution aille toujours dans le sens d'une capacité d'adaptation croissante, même si les mutations sont totalement aléatoires et que le mécanisme de sélection est totalement aveugle. Bref : même si personne ne "vise" rien du tout.

Je rappelle mon exemple : je suis porteur depuis ma naissance d'une mutation qui me permet de résister à un très fort niveau d'exposition à la radioactivité. Demain, une quantité indéfinie de centrales nucléaires se fissurent du côté de l'Europe de l'Est. J'ai plus de chances de survivre que vous ; j'ai donc un peu plus de chances de me reproduire que vous. de même, mes enfants ont un peu plus de chances de survivre que les vôtres, et ils ont donc un peu plus de chances de se reproduire ; de même à la génération suivante, etc.

Laissons tourner la roue des générations : dans n générations, vos descendants auront peut-être disparu ; alors que ma propre descendance aura nettement proliféré. J'aurai donc été "sélectionné", par un processus qui pourtant est totalement aveugle, qui ne recherche rien, qui ne "vise" aucun objectif.

En revanche, si ma mutation génétique m'avait fait naître avec des cheveux violets (et si l'on admet que les cheveux violets n'ont pas d'avantage compétitif très net dans le registre de la séduction), je n'ai pas de raison de supposer que cette particularité aurait résisté au jeu des croisements génétiques. Cette mutation serait restée marginale, voire éphémère.

Ce que montre donc Jacob, c'est que la sélection naturelle à la Darwin, couplée à la biologie moléculaire contemporaine (génétique) permet d'expliquer par des mécanismes scientifiques, sans avoir nullement besoin de l'hypothèse d'un "Grand superviseur", le caractère apparemment "orienté" de l'évolution globale des êtres vivants.

Il faut alors distinguer deux questions. La première est de savoir si on est obligé de refuser une approche "mystique" (je préférerais ici : théologique). La réponse est non. Si vous avez envie de considérer que Dieu supervise le processus de l'évolution, libre à vous. Mais rien ne nous conduit à le faire. Lorsque une pomme tombe d'un arbre et que j'en ai une explication scientifique (gravitation), vous pouvez dire si cela vous tente que Dieu a supervisé la course de la pomme. Cela ne gênera jamais un scientifique.

La seconde question concerne le caractère "supérieur" de l'explication théologique. Le problème, c'est que l'explication "mystique" n'a de supériorité que si elle parvient à expliquer ce que la science, elle, est incapable d'expliquer. Ce qui veut dire

a) qu'il y a quelque chose à expliquer

b) que la science ne parvient pas à l'expliquer.

En ce qui concerne les mutations elles-mêmes, il n'est pas sûr qu'il y ait quelque chose à expliquer. Des mutations ont lieu. Soit. Et alors ? Pourquoi n'auraient-elles pas lieu ? Pourquoi faudrait-il que le mécanisme d'encodage génétique soit absolument et parfaitement infaillible ? Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas attribuer de cause précise aux mutations génétiques qu'elles seraient suffisamment étranges pour qu'on exige une explication.
Je ne sais pas pourquoi il existe des trèfles à quatre feuilles ; mais j'avoue que cela n'est pas suffisamment étrange pour que j'exige du scientifique qu'il m'apporte une réponse précise, sous peine de me tourner vers Dieu pour expliquer ce phénomène incompréhensible.

Ce qui était "incompréhensible" dans les êtres vivants, c'était qu'ils soient dotés des structures et des réflexes comportementaux qui leur permettaient de survivre. Si eux-mêmes n'avaient pas d'intention de survivre, si ils n'étaient pas animés de cette force vitale métaphysique qu'est "l'instinct de conservation" de l'espèce, comment expliquer qu'ils soient dotés se de structures aussi efficaces pour la survie ? Comment expliquer qu'ils adoptent systématiquement le comportement qui sera favorable à cette survie ?

Ca, c'est bizarre, et ça méritait explication. Nous avons vu comment, pour Jacob, la solution de l'énigme était donnée par la génétique : si les êtres vivants sont dotés de structures et des comportements qui leur permettent de survivre, c'est qu'ils sont génétiquement programmés pour cela. Et si l'on demande pourquoi ce sont les êtres programmés pour survivre (et non ceux qui seraient programmés pour jouer de la trompette) qui survivent et se propagent la réponse est dans la sélection naturelle.

En d'autres termes, Jacob a montré que l'on pouvait proposer une explication scientifique à ce qu'il y avait de mystérieux dans les caractéristiques des êtres vivants (leur compétence-tendance complexe à survivre, le caractère orienté de l'évolution). Est-ce que ça nous conduit à rejeter toutes les "explications" théologiques ? Non.

Mais dès qu'on donne une réponse scientifique à un problème, on supprime une raison d'admettre l'hypothèse théologique qui permettait d'y répondre. Si on peut expliquer scientifiquement, sans avoir nullement besoin des secours d'un Dieu créateur, l'état actuel du monde, nous n'avons plus "besoin" de croire en Dieu pour comprendre le monde.

Cela n'implique pas que vous deviez renoncer à cette croyance. Mais elle a perdu un de ses grands points d'appui. Pour Averroës, un théologien musulman du XIIe siècle, l'étude scientifique du monde nous conduisait naturellement jusqu'à Dieu. Puisque plus on étudiait la nature, et plus on mettait en lumière des mécanismes complexes et subtils : plus donc on était conduit à admettre que la nature avait été conçue par un Être suprêmement intelligent.

Si on admet que ce que met en lumière l'étude scientifique des êtres vivants (la complexité croissante de leurs mécanismes de survie) peut s'expliquer de façon scientifique, grâce à la sélection naturelle et à la biologie moléculaire, on détruit le "pont" qui reliait la science et la théologie. On montre que le scientifique n'a "plus besoin" de Dieu pour expliquer les caractéristiques des êtres naturels. La science peut se passer de Dieu : Dieu devient, comme l'affirmait Simon de Laplace, une "hypothèse superflue".

Ca n'empêche évidemment pas d'adopter cette hypothèse. Vous avez bien le droit de croire aux fantômes ou aux revenants si ça vous chante, même si aucune observation scientifique ne semble exiger que l'on admette cette hypothèse pour expliquer un phénomène.
La science ne démontrera jamais que les fantômes n'existent pas, qu'il n'y a pas de vie après la mort, ou que Dieu n'existe pas. Comme nous l'avons montré ce matin avec l'exemple du miracle ou de la Création du monde, elle en est absolument incapable. De même, la croyance religieuse ne pourra jamais démontrer rationnellement que les scientifiques se trompent (ou alors par des voies scientifiques).

Ce que nous a montré le texte de Jacob, ce n'est pas que la voie théologique, l'explication du monde par Dieu est fausse. C'est simplement que, pour expliquer le caractère apparemment "mystérieux" des êtres vivants, leur capacité croissante de survie, on n'avait pas besoin d'admettre l'existence d'un Grand Horloger. On pouvait l'expliquer de façon rationnelle, scientifique. Il a donc montré que l'hypothèse théologique était rationnellement non nécessaire, scientifiquement superflue.

La science n'a plus besoin de Dieu pour expliquer la nature et l'évolution des êtres vivants. Cela ne vous empêche pas d'y croire ; mais vous n'avez plus besoin de cette croyance pour expliquer les phénomènes.

Or ce que j'ai essayé de vous montrer ce matin, c'est que ce type d'objection est beaucoup plus puissant que n'importe quelle tentative de "réfutation" de la Bible ou du Coran par la science (projet scientifiquement et théologiquement absurde).

Dire que nous n'avons plus besoin de Dieu pour expliquer le monde, c'est casser le fil qui nous reconduisait de la Création à la Créature. Le monde cesse de nous faire "signe" vers Dieu. Le monde cesse de nous raccompagner vers Sa maison. Le monde cesse de manifester l'intelligence et la puissance de celui qui l'a créé. En termes théologiques, le monde cesse de participer à la "Gloire" de Dieu. Car le monde cesse de nous dire : tu vois bien que tu as besoin de Dieu pour me comprendre…

Et ça, c'est (théologiquement) tragique.

Voilà… C'est un peu long, mais la question l'était aussi !

2. Julien Henric 30/11/2010

Bonsoir Monsieur, le cours de ce matin me trotte dans la tête depuis un long moment déjà et j'avoue que votre réponse de ce matin m'a un peu laissé sur ma faim . J'en reviens à ma question initiale :Darwin dis que les mutations contrôlent les modifications génétiques qui commandent à leur tour notre code génétique et donc notre comportement . Selon moi beaucoup de choses et même presque toutes choses ont une explication rationnelle, mais ce matin vous m'avez montré qu'une réponse mystique étais dors et déjà possible. Or donc si la mutation effectue cette modification qui entraine une modification d'une résistance à la radioactivité par exemple : pour moi il s'agit d'une réponse rationnelle . Mais ensuite qui ne nous dit pas que cette mutation fut provoquée par une entité ou en tout cas une force supérieure ? On peut très bien imaginer que toutes choses pourraient avoir été programmées et pensées par "Dieu" ! Alors je pense (corrigez moi si je me trompe) que l'on aura toujours ses deux types d'explications possibles mais qu'au bout d'une certaine "frontière", ici l'incompréhension du mécanisme des mutations, la rationalisme s'effondre faute de preuves alors que le mysticisme règne ! Ainsi on en reviendrait à avoir recours à Dieu : si l'homme croit que ses mutations sont causées par Dieu il s'en remettra à lui !? J'écarte également l'hypothèse du hasard car si on réfléchit bien le hasard c'est comme le destin (on ne l'explique pas) et au final on pourra toujours raccrocher ses deux idées à un "plan de dieu" .

C'est un peu tiré par les cheveux je l'avoue et pas facile à lire avec mon style Yoda ! Mais merci de votre future réponse !
Julien

3. Pascal G 15/05/2010

Bonsoir Johanna,

Mais si mais si : le langage, ça fait partie de la culture : et comme le thème c'est la culture, le langage en fait partie... CQFD.
Le nom de celui qui a peint la bâche est Parrhasius. Voici l'extrait de Pline qui raconte l'épisode :
«[Zeuxis] eut pour contemporains et pour émules Timanthès, Androcyde, Eupompe, Parrhasius. Ce dernier, dit-on, offrit le combat à Zeuxis. Celui-ci apporta des raisins peints avec tant de vérité, que des oiseaux vinrent les becqueter; l’autre apporta un rideau si naturellement représenté, que Zeuxis, tout fier de la sentence des oiseaux, demande qu’on tirât enfin le rideau pour faire voir le tableau. Alors, reconnaissant son illusions, il s’avoua vaincu avec une franchise modeste, attendu que lui n’avait trompé que des oiseaux, mais que Parrhasius avait trompé un artiste, qui était Zeuxis. » (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, vers 50 après J.-C.)
Je mettrai effectivement une liste des notions clé ; mais pour le cours sur la culture, ce n'est pas bien difficile de les repérer.
Bonnes révisions,
PG

4. Johanna K. 15/05/2010

Bonjour,
Dans le cours sur l'art, dans le II) L'œuvre d'art et la culture B)Art et nature, nous avons l'exemple de deux peintres, dont un s'appelle Zeuxis (la grappe de raisin) mais nous n'avons pas le nom de l'autre peintre qui peint une bâche. Quel est son nom?

Un petit besoin de confirmation, pour le bac blanc de mercredi nous avons L'art, L'Histoire et la religion, c'est tout? il n'y pas le langage?

Et dernière question, pourriez-vous nous mettre la liste des notions svp ?

Merci d'avance!

J.K

5. Johanna 24/01/2010

Bonsoir,
Je cherche la liste des notions sur Sujet,Conscient, inconscient, mais je ne les trouve pas, dans quelle rubrique sont elles svp?
Merci d'avance,

-Johanna.

6. Fanny P 23/12/2009

Bonjour,

J'ai une petite quetion qui n'a aucun rapport avec ce que nous faisons en cours en ce moment mais en relisant mes cours précédant, je n'arrive pas à déterminer si la sublimation d'une pulsion refoulée c'est: le fait d'identifier la pulsion, puis de libérer l'énergie pulsionnelle et enfin de s'approprier cette pulsion ou bien si c'est: seulement le fait que cette pulsion moralement condamnable puisse s'exprimer sous une forme moralement valorisée?


FP

7. Pascal G. 21/11/2009

Bonjour Fanny,

La notion de consistance n'a rien de très compliqué. Prenons un exemple : si on veut construire un système d'axiomes performants, il est clair que l'on devra éviter de prendre deux axiomes qui se contredisent. Pour reprendre l'exemple de la géométrie, on ne posera pas un axiome qui dit : "par un point situé hors d'une droite, on peut faire passer une et une seule parallèle à cette drite", ET un autre axiome qui dit : "par un point situé hors d'une droite, on ne peut faire passer aucune parallèle à cette droite."
Il ne faut pas que les axiomes se contredisent (pour rependre l'exemple, une géométrie ne peut pas être euclidienne ET non euclidienne...).

Mais par ailleurs, il ne faut pas non plus que les énoncés que l'on pourra construire à partir de ces axiomes, c'est-à-dire les énoncés que l'on pourra démontrer, c'est-à-dire encore les théorèmes, se contredisent. Supposons qu'à partir des axiomes d'une axiomatique on puisse démontrer que "la somme des angles d'un triangle est égale à 180°" ; et supposons qu'à partir de la même axiomatique) on puisse démontrer que la somme des angles d'un triangle N'EST PAS égale à 180 ° : ça ne va pas ! car dans ce cas, un même énoncé serait à la fois vrai ET faux dans le même système ! Ce qui est impossible.

C'est tout simplement ça, la "consistance" ; une axiomatique "consistante", c'est un ensemble d'axiomes qui ne se contredisent pas, et à partir desquels on ne peut construire que des théorèmes...qui ne se contredisent pas non plus.

Le théorème de Pythagore ne peut pas être vrai et faux en même temps. On peut construire des axiomatiques dans lesquelles il serait faux, mais dans ce cas, il n'y serait QUE faux. Comme il n'est QUE vrai dans l'axiomatique "classique". Si on pouvait démontrer, à partir du même ensemble d'axiomes, qu'il est vrai ET qu'il est faux, c'est que l'axiomatique en question serait... inconsistante.

Voilà ! En espérant avoir rendu les choses plus claires...

Bon Week-end.

Pascal G

8. Fanny TL 21/11/2009

Bonjour,
J'ai une question au sujet du cours sur la raison et le réel.
Nous avons marqué dans le cours que toute axiomatique devait remplir deux exigences: être complète et consistante. Après avoir retourner la notion de consistante dans tous les sens je vois toujours pas ce que ça signifie?

F.P

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×