Amour de la sagesse (07.09.09)

Bonjour,

Nous avons vu aujourd'hui ce qui constituait le cœur du travail philosophique, la philosophie étant entendue comme méthode de recherche rationnelle de la vérité. A la suite de Socrate (philosophe grec, V° siècle avant JC), nous avons exclu du champ de l'argumentation rationnelle :

a) les arguments théologiques (au sens large) [un débat rapide mais constructif nous a permis de déterminer que rien ne nous permettait de déduire que la philosophie devrait nécessairement s’opposer à la croyance religieuse ; outre le fait que des philosophes comme Descartes (philosophe français, XVIIe) Leibniz (allemand, XVIIe) Spinoza (néerlandais, XVIIe) Kant (allemand, XVIIIe) ont tous prétendu construire des démonstrations rationnelles de l’existence de Dieu (qu’on ne peut pas rejeter sans les connaître…), de grands philosophes ont aussi été de grands théologiens (comme Averroës, philosophe et théologien (et médecin, et juriste…) du XII°). Nous reviendrons plus tard sur l’argumentaire subtil de cet éminent personnage (seul auteur du programme à n’être pas, sauf erreur de ma part, de culture occidentale). Il faut donc abandonner le préjugé bizarre selon lequel être rationnel, ce serait nécessairement être athée ! Ce qui n’est qu’une caricature de la philosophie des Lumières (une caricature, car un philosophe comme Rousseau n’a jamais prétendu (au contraire) que la Cité rationnelle qu’il dessine dans " Le contrat social " pourrait se passer de religion — d’où le fait que le dernier chapitre dudit Contrat s’intitule " De la religion Civile ").

b) les arguments du sens commun (tout le monde sait bien que)
c) les arguments de tradition (il a toujours été admis que)
d) les arguments d'autorité (untel a dit que : cela vaut aussi pour les philosophes)

Des deux modèles d'argumentations rationnelles que vous connaissez (démonstration mathématique et expérimentation scientifique), nous avons déduit les deux principes clés de la démarche philosophante :

a) toujours définir les termes dont il est question

b) mobiliser les connaissances interdisciplinaires et les acquis culturels afin de justifier les prises de position.

Ceci étant posé, nous avons entamé la première partie de notre premier chapitre, consacré à la liberté (Liberté et obéissance). Nous commençons par un corrigé méthodologique du sujet " la liberté est-elle l’absence de contraintes ? " : j’expose les règles de méthode, et on les applique ensuite au sujet.

Méthodologie de l’intro :

Etape 0 : approche du sujet [cette étape a pour fonction de montrer ce qui donne son importance à la question posée : ce peut être un fait d’actualité qui en manifeste l’urgence, son caractère clé pour d’autres questionnements, etc. En règle générale, cette étape n’a de sens que si vous trouvez de vraies raisons de poser la question du sujet ; si aucune idée ne vous vient, il vaut mieux s’abstenir de constructions artificielles, qui aboutissent bien souvent soit à des lieux communs, soit à des généralités du types " les hommes se sont toujours interrogés sur… "]

Etape 1 : problématisation. Problématiser, c’est transformer une question en problème. Or un problème, c’est une question à laquelle apparemment on ne peut pas répondre : c'est-à-dire qui nécessite un raisonnement pour être résolu. Le plus simple est donc de montrer qu’aucune réponse directe ne peut être apportée à la question du sujet : on peut alors proposer une première réponse justifiée, et lui opposer une objection (qui la contredit) également justifiée. Nous sommes alors parvenus à un problème, qu’il faudra formuler clairement. La structure est donc

    a) réponse initiale + justification
    b) objection + justification
    c) formulation du problème (sans problème clair à résoudre, l’exercice devient impossible)

Etape 2 : Annonce du plan. Il s’agit tout simplement d’exposer à votre public la stratégie que vous comptez suivre. Il s’agit donc d’une présentation de la démarche suivie pour résoudre le problème : que vous présentiez cette étape sous forme de questions, d’affirmations, d’indications, etc. est votre affaire. Le but est d’être clair.

Appliquons cela au sujet… mais cela, c’est pour demain.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site