Le Vivant

Ces pages présentent le travail développé autour du rapport entre science et vivant. Cette approche de la notion de vivant permettra de mettre en lumière les caractéristiques spécifiques des êtres vivants et de dresser une typologie élémentaire : étudier les spécificités des sciences du vivant, c'est mettre en relief la distinction entre le monde de l'inerte et la biosphère. L'étude des limitations "techniques" que rencontrent ces sciences nous permettra ensuite d'envisager les enjeux philosophiques impliqués par la rationalisation du corps vivant  (mécanisme / vitalisme, organicité, évolutionnisme, liberté, "culturalité"). Nous concluerons en dégageant les principaux  enjeux bioéthiques de ce rapport, ce qui fera intervenir une réflexion sur la propriété du vivant, sur sa souffrance et sur sa dignité; c'est l'articulation entre philosophie des sciences (épistémologie), philosophie morale et philosophie politique que nous chercherons alors à reconstruire.

Nous pourrons alors retourner terminer notre chapitre sur le sujet (conscience, inconscient, autrui) pour aboutir à notre première oeuvre suivie : "La conscience et la vie", de Bergson.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site