Quizz sur le Sujet, partie 3

Quizz sur le Sujet, partie 3

Cette partie concerne la mise en rapport des notions de conscience et de travail, ainsi que la conscience morale.

1) Un travail qui me reconnaît en tant qu'être pensant
2) Un travail qui me reconnaît en tant qu'être conscient de lui-même
3) Pour Sartre, l'homme tend à transformer le monde extérieur
4) Pour Marx, tout travail tend à me faire devenir
5) Un travail qui me conduit à accomplir une activité que je condamne
6) Un travail qui me reconnaît en tant qu'être conscient
7) Pour Rousseau
8) Pour Rousseau, la conscience morale
9) Pour Rousseau, la conscience morale est
10) Pour Rousseau, la voix de la conscience morale
11) Pour Rousseau, la liberté se définirait par
Commentaires (2)

1. Pascal G 31/01/2010

Bonsoir Amandine

Ta question est intéressante, mais il faut faire attention. Il y aurait effectivement similitude si le "coeur" de Pascal et la "conscience" de Rousseau pouvaient être rapprochées.

Or ce rapprochement reste risqué. Lorsque nous avons rappelé le rôle du coeur chez Pascal, nous avons insisté sur le fait que, (même) dans l'expression "le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas", le coeur renvoie ici à une faculté de connaître. C'est bien dans la recherche de la vérité que le coeur a son rôle à jouer, et c'est dans la démonstration mathématique que nous lui avons donné ce rôle (ce qui ne signifie pas qu'il ne joue ce rôle qu'en mathématiques...)

En revanche, chez Rousseau la conscience dont il s'agit est une conscience morale : le domaine qu'envisage Rousseau n'est pas celui du vrai et du faux, mais du Bien et du Mal. C'est dans le domaine éthique que la conscience doit nous guider, et il serait étrange de prêter à Rousseau l'idée selon laquelle la conscience morale doit nous guider en mathématiques...

Donc attention : si dans les deux cas il s'agit bien d'un refus de considérer la raison comme la faculté absolument fondamentale, capable de fonder elle-même ses jugements (en cela, tu as tout à fait raison) ; et si dans les deux cas le coeur et la conscience appartiennent bien au registre de la certitude "sentie", et non du jugement argumenté, il faut néanmoins distinguer le domaine d'exercice de la faculté envisagée.

Pour Pascal, c'est le domaine de la connaissance de la vérité qui est visé ; pour Rousseau, c'est le domaine de la moralité. C'est ce qui différencie radicalement le coeur de Pascal et la conscience morale de Rousseau. Mais il est vrai que tous deux confrontent à une forme d'évidence, qui seule peut donner appui à l'exercice de la raison.

Voilà...

2. Amandine G 31/01/2010

Je voulais savoir si Pascal & Rousseau n'avaient pas la même vision des choses concernant la conscience ?
Parce qu'on a vu que pour Rousseau, la conscience morale est un sentiment qui précède tout raisonnement : c'est un principe premier
Et dans les Pensées, on a pu observer que Pascal parlait de vérités du coeur comme la foi ou la pensée etc ... qui sont antérieures à l'activité de la raison.
C'est donc identique non ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site